• Remettez vous ! (locution provençale)

    Si vous êtes venus en Provence et que vous avez été reçus par une famille provençale d'un certain âge ou d'un âge certain, vous avez sans tous entendu cette expression  "remettez-vous"

    Cette expression peu vous sembler étrange et vous pouvez par déformation la rapporter à l'effort  , que vous venez de faire ou ne pas faire

    Exemple : vous allez payer le loyer de votre petit cabanon dans lequel vous venez de passer 3 semaines enchanteresses au bord de la plage , à faire du farniente et vivre de grillade.
    Bref vous arrivez en pleine forme , bien bronzés et reposés auprès de vos proprio.

    - Remettez vous donc je vous en prie : ?????? punaise que je me remette de quoi , des  suppléments imprévus

    - allez zou remettez vous on a le temps : le temps de quoi ?????? chui pas fatigué moi, la cote n'était pas raide, me remettre de quoi ?

    Sur cet entrefaite la propriétaire arrive et vous dit,

    -  Mon vieux gaga de mari viens encore de vous faire la farce du "remettez vous"
    - Ben oui on ne comprenait pas
    - Bou Diou, c'est juste une expression pour dire "asseyez vous" c'est tout
    - Ah bon , c'est tout ?
    - Bé voui, mais surtout ne vous levez pas tout de suite quand je vous communiquerai le montant des suppléments et extra dû à votre location
    Et là, c'est sûr vous restez assis, même le cul par terre

    Voici la version plus locale

    Lorsque j'étais jeune je travaillais comme apprenti électricien chez mon patron Léopold.  (voir Teppe story ) Le travail n'était pas stressant comme maintenant, mais il fallait le faire. Il y avait entre autre la vérification de l'éclairage public avec la lourde échelle en bois sur l'esquine. En plus beaucoup de ces lampes étaient situées dans des parties du village inaccessibles aux véhicules. Nous livrions aussi les bouteilles de gaz
    Si quelqu'un connaît mon village , je vous assure que ça grimpe
    Alors j'allais livrer toutes les personnes vivant dans ces parties quillées dans la falaise
    Et les gens étaient braves à l'époque, ils connaissaient la pénibilité du travail manuel, alors lorsque j'arrivais sur le seuil de leur porte avec médor accroché à un mollet, tout de suite j'avais droit au "remette ti un paou" remet toi un peu; Le vrai sens de cette expression prenait alors toute sont importance
    Et la vielle toute courbée par des année de travaux ménagers et des dures taches aux champs, avançait alors vers vous une de ces minuscules chaises aux pieds et appuies dos coupé, un peu comme des chaises de nains. Dans ces chaises on semblait être assis à croupeton.
    Par contre le plus dur était encore à venir
    "Remettez vous", va obligatoirement avec "vous prendrez bien quelques choses"
    Dans ces maisons "quelques choses" c'était toute une espèce de pharmacopée du diable qui vous était proposée
    "Somousta sans âge, vin de noix bitumineux -je pense que Noé aurait pu calafater son Arche avec- vin marquis, liqueurs étranges où les étiquettes avaient été rongées par les vapeurs qui avaient dévoré le bouchon, même l'eau de vie de marc était suspecte
    Alors le "maistre" venait à votre secours en tendant la fameuse bouteille de pastis maison, faites de cette année.
    Restait à affronter les verres de ces braves gens maintenant disparus et leur époque avec.
    Les verres étaient "fumés", même ceux qui étaient dans les placards, vous savez ces placards d'angle dont les portes étaient percées par des trous disposés en coeur ou as de carreaux
    Bien "remis" sur votre chaise, il fallait claquer de la langue pour flatter l'initiateur de ce breuvage qui aurrait pu satelliser quiconque sur orbite.
    J'étais obligé aussi d'accepter leur maigre pourboire qu'ils donnaient avec bon coeur, bien qu'ils soient restés à l'époque au centimes en pièces d'alu - j'aurais dû garder ces pièces pour faire comprendre certaines choses aux jeunes de maintenant.
    Chez les gens à l'aise, il n'y avait ni "remettez vous" ni piécette, cela préfigurait la société actuelle

    Dans ma grande chance, ces livraisons n'avaient pas lieu le même jours, car je ne m'en serais pas remis du tout
    De retour au magasin je me remettais en buvant un bon verre de "gambetta limonade", mais cela est une autre histoire


  • Commentaires

    20
    bazarette
    Mardi 26 Août 2014 à 18:38
    Ah ça fait du bien de te lire en y mettant l'accent , ça change de l'île ...!
    Le gambetta limonade c'était aussi ma boisson favorite lorsque j'étais ado maintenant je suis passée à autre chose...! Moa j'en ai gardé des piècettes en alu, le temps où j'achètais pour quelques centimes les bonbons chez l'épicière du coin, c'était le bon temps...!
    19
    maryse
    Mardi 26 Août 2014 à 18:38
    maryse
    mon grand père en bon auvergnat avait sa cave à vin et le remettez vous se passait dans sa cave!le  facteur le charbonnier le curé les femmes restaient dans la cuisine!!!elles aimaient bien faire gôuter leur brou de noix 'pour cirer les meubles'hihi et toujours une piécette pour le pourboire en auvergne on dit de l'eau pour se raser du vin pour boire!!!
    18
    maryse
    Mardi 26 Août 2014 à 18:38
    maryse
    mon grand père en bon auvergnat avait sa cave à vin et le remettez vous se passait dans sa cave!le  facteur le charbonnier le curé les femmes restaient dans la cuisine!!!elles aimaient bien faire gôuter leur brou de noix 'pour cirer les meubles'hihi et toujours une piécette pour le pourboire en auvergne on dit de l'eau pour se raser du vin pour boire!!!
    17
    rigolette
    Mardi 26 Août 2014 à 18:38
    rigolette
    ton article est très beau jupi
    à saint laurent, dans le 06, on avait enregistré des anciens bien plsu anciens que to hein, pour ne pas perdre ces histories, le recueil s'appelle "mémoire vivante" on ne devrait jamais oublier tout ça, quand l'être humain était encore humain
    merci pour cette petite historie du soir
    gros bisous jupi
    16
    Mardi 26 Mai 2009 à 08:00

    ben tiens, on l'utilise aussi en Belgique cette expression!
     Bonne journée Jupi

    15
    Lundi 25 Mai 2009 à 22:05
    mounic
    ben t'as fait le fou fou, hier? que tu n'arrives pas à te "remettre"? ou alors c'est l'esquine qui fait sa folle? remets toi, ma Biche! on t'attend! bisous de mémé
    14
    Lundi 25 Mai 2009 à 21:03
    jluc
    Eh oui, dans ce temps là , les gens savaient vivre, surtout les plus fauchés !
    la dureté du labeur n'était pas usurpée.

    mais tu sais, le "remettez vous" je l'entends encore parfois, ca n'est pas totalement perdu.

    jluc
    13
    Lundi 25 Mai 2009 à 12:22
    12
    Lundi 25 Mai 2009 à 11:03
    tantevictorine
    Ce qui est bizarre, c'est que, moi, j'ai plutôt entendu l'expression: "Remettez nous" ou" remettez nous ça", ou "remettez nous nous ça patron"
    Il s'agissait souvent d'une belle brochette de personnes cramponnés au comptoir d'un troquet et qui avaient encore la force d'articuler ces quelques mots avant le grand coma ethylique pour certains.
    11
    Lundi 25 Mai 2009 à 09:06
    et j'en connais un qui doit se remettre de sa journée d'hier, hein mon jupinou ???   j'espère que tu as passé une magnifique journée  ...gros bisousssssssssssssssss
    10
    Lundi 25 Mai 2009 à 09:03
    Kasssoumay
    Par chez nous aussi il y a une expression qui va avec "prendrez bien un petit remontant"
    qui veut dire : un coup de "niole" (calva) dans le café.

    Bonne journée
    Bises
    9
    Lundi 25 Mai 2009 à 07:59
    cricridamour+

    Hé oui après une journée comme hier,
    le lundi sera fade.
    Quand es que l'on "Remet" ça.
    Bises mon Jupi.
    8
    Lundi 25 Mai 2009 à 05:19
    Bouchaud
    Salut Le Beauf ça c'était la belle époque j'en ai connu qu'un petit bout Hélas! tu as écrit un bien beau texte merci le beauf passe une bonne semaine pleins debissssssssous a tous bonne fête a Sophie Marie Dédé
    7
    Dimanche 24 Mai 2009 à 20:56
    mounic
    ah les verres culottés,j'ai connu ça! les verres vidés de leur vin, qui restaient à demeure sur la toile cirée de la table de la cuisine!et ceux où l'on te proposait à boire étaient de la même "trempe"!!!! Bé vé, on fermait les yeux et zan derrière la cravate! la mémé aurait eu trop de peine!!!des fois son aïgo ardent t'arrachait la gargamelle! des fois le vin de noix était si vieux, qu'il ne restait plus que l'esprit! bé tant pis!on levait le verre " à la santé et à la bonne amitié"!Que c'est loin tout ça, ma Biche....gros bisous mémé
    6
    Dimanche 24 Mai 2009 à 19:55
    merci à vous jupi et tommy pour votre acceuil, votre gentillesse et l'excellente après -midi passée en votre compagnie et celle de cricri et mamikéké
    bizzz de cannes avec la palme d'or de l'amitié pour vous
    5
    Dimanche 24 Mai 2009 à 11:59
    marion
    le gambetta limonade j'avais oublié à force d'être expatriée comme ça! Moins cher que le coca!
    4
    Dimanche 24 Mai 2009 à 10:50
    coucou mon jupi

    c'est vai que  "dans le temps"   on avait pas beaucoup e moyens  mais on était heureux  car  on savait apprcier le peu de choses qu'on avait  et surtout on avait des valeurs et on les respectait ..   mais le "remettez vous , c'était un ti coup de vin  de la ferme  , genre vinaigre ...


    gros bisous jupinou  et  passe une belle journée avec nos amis ..
    3
    Dimanche 24 Mai 2009 à 09:19
    lory
    coucou!
    ahhh, la Provence, quelle merveille!
    J'ai des drôles de souvenir car j'étais enceinte, et ne le savais pas!...il y a un siècle!!
    Sur les jeunes d'aujourd'hui, t'as bien raison...ils ont une de ces faiblesse...!
    Quand je pense qu'a 13 ans, je devais travailler jusqu'à 10 h par jour, en été, pour la cueillette du tabac (quel horreur)sous  la pluie à 4 pattes...
    Va faire faire cela aujourd'hui à un ado....!!

    bisous et bon dimanche!
    Les souvenirs remontent....<script src="http://shots.snap.com//client/inject.js?site_name=0" type="text/javascript"></script>
    2
    Dimanche 24 Mai 2009 à 08:05
    LIZAgrece
    Bon ! je me remets...
    1
    Dimanche 24 Mai 2009 à 07:00
    cricridamour+


    Excellent cette description,
    bon je vais essayer de m'en remettre.
    Bises mon Jupi.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :