• Le dépannage du Tipi

    Petit coucou de coquinou mon renard

    Image
    C'était il y a bien longtemps,  en 1970 exactement, je travaillais comme électricien chez mon patron Léo, un bon vivant et farceur dans l'âme. Le travail était moins stressant que maintenant et tout se déroulait dans une bonne ambiance dans ces métiers du bâtiment.
    Depuis peu j'avais mon permis en poche et mon patron me lâchait dans la nature tout seul au volant de "l'estafette blanche".

    Un matin au petit déjeuner, oui Moâ j'arrivais à l'heure à l'atelier , ou alors c'était lui qui était en retard, il me dit :
    - Il faut que tu aille dépanner le Tipi d'Annette, gàri*
    - Comment ça un Tipi, un Tipi indien ?
    - Pourquoi, tu as déjà vu des Tipi provençaux ?
    - Heu non, mais un Tipi en panne  jamais.
    - Allez , vaï*, couillon au moins tu sera moins bête après, tu me raconteras. Et traine pas trop què, pistachier*

    Annette était un peu exentrique ça je le savais sa mère aussi d'ailleurs, mais bon un Tipi ! Dans ces années là il ne fallait s'étonner de rien. Il y avait une tribu babacool d'ailleurs qui avait un camp à Salernes  dont le chef s'appelait "Cheval Debout", vrai, cela paraissait régulièrement sur nos journaux car ce "Cheval Debout" n'avait pas d'atomes crochus avec le Maire de cette localité. Ce pauvre maire venait juste d'arriver à faire partir un faux camp de Touaregs, mais ça c'est une autre histoire . Non, mais ! des touaregs sous les pins, avec des chameaux en plus

    Donc Anette + Tipi, pourquoi pas. Tipi + électricité , heuu!
    Tchilin, tchilin* je me rends donc chez sa mère afin qu'elle m'indique l'endroit où sa fille avait planté son Tipi, c'était à cent mètres de la maison, pas folle l'Annette, Tipi oui, mais wc et douche pas loin.
    Mazette c'était un vrai Tipi, un vrai de vrai, c'est grand ces machins. Je pense que c'était un vrai importé , il était magnifique, déco et tout et tout.
    - Smac, smac , bonjour annette qu'est ce qu'il t'arrive
    - Depuis le milieu de la nuit il n'y a plus d'électricité dans mon Tipi
    -Tu as le courant la dedans ? et il vient d'où
    - bé oui , on est pas des sauvages, le câble vient de chez ma mère.

    Je me suis dis c'est bon c'est une biquette qui a dû bouffer le câble , il y avait des biquettes partout, babacool = biquette = fromage de chèvre.  J'en vois une avec les poils tout hérissés, c'est pas vrai je rigole. Donc je suis  la gaine et là , pas de surprise le câble était intact, pourtant j'étais prêt à dégainer , "elles sont cons tes chèvres". Après sondage du départ cela ne pouvait venir que de l'intérieur de cette casba en toile.
    Je rentre dans le Tipi, et alors là , surprise, tout le pourtour était occupé par de grandes banquettes recouvertes de fourrures plus ou moins synthétiques, avec des poils de bêtes et d'autres poils connus, et sur ces banquettes, des corps humains tout mélangé, gonzesses , mecs et même des hybrides,  qoâ, vous voulez un dessin, un vrai puzzle.
    1970, cela vous dit quelque chose, bon, Woodstock aussi, et bien j'avais devant mes yeux une bactérie de Woodstock en gestation, prête à proliférer.
    Canettes pêle mêle, fumée omniprésente, odeur indéfinissable. Bof, je vais faire le blazé; me dis je. Sans faire attention aux centaines de kilos de chair je lui demande :
    - il aboutit où ce câble ?
    - là dessous, sous la banquette près du frigo?
    Ben oui, boivent pas tiède les hippies sans lit. Il y avait un moulon* de multiprises dans les fourrures morpions compris, de quoi foutre le feu mille fois. Guitares, amplis etc......
    - mais patrick c'est la lampe qui ne  fonctionne pas
    - où la lampe ?
    - la haut à coté de la boule
    Malgré le brouillard épais et persistant je voyais une boule à facettes et un projecteur tournant à gélatine , tout en haut du Tipi.
    - oh annette comment t'as fait pour quiller ça la haut, putain c'est haut ?
    - on l'a mise en montant les perches banane !
    - ah, et comment je fais pour monter la haut ?
    - t'as pas d'échelle ?
    - si ensuquée de la lune, mais double si haute non, et simple je l'appuie où, sur les murs ! pfeuuu !
    - ah ouais ...et si on te tient l'échelle à tous
    - avec qui, tes zombies d'en bas, t'es fadade ou quoi? tu veux pas que je te mette  un paratonnerre à connerie aussi ,parce qu'ici  elles tombent drues il me semble !
    - attends encore un peu ils dorment, après tu verras ils sont forts.
    - forts ? fort de graisse et de bière oui, tas d'avachis, végétariens, là je pense au haschish.
    - viens on va boire un thé chez ma mère, on va bien trouver un moyen.
    Et oui annette était anglaise mais qui parlait le franglais avec l'accent de provence, si ça existe !
    Ouf de l'air pur, j'avais peur qu'elle me fasse boire une mixture quelconque au ginsens où autres bizarreries poivrées, ce coup la , elle me l'avait déjà fait.
    Quatre thé au citron normaux plus tard j'étais survolté, et puis bon le temps passait, mais à l'époque le téléphone était rare et les portables fonctionnaient encore au silex, belle époque tout de même. On était pas emmerdé tout le temps.

    Bref, retour dans le Tipi des bras cassés..........

    Suite demain.
    *gàri : pitchoun , petit garçon affectueusement , mais cela veut dire rat en réalité
    * vaï : allez, allons y
    *tchilin, tchilin : doucement , doucettement
    *moulon : un gros tas , beaucoup, un moulon de sable, amoulonner , faire un tas

  • Commentaires

    16
    Béatrice
    Mardi 26 Août 2014 à 18:46
    Béatrice
    Belle histoire vite à demain pour la suite. Bonne journée et gros bisous.
    15
    Mardi 7 Août 2007 à 06:21
    Bonjour matinal ! bonne journée
    14
    Mardi 7 Août 2007 à 03:27
    Zhealy
    cOUCOU

    je lis le début, j'adore...tu as un vrai talent de conteur

    Mille Bisous
    13
    Lundi 6 Août 2007 à 12:25
    B顴rice
    Je suis toujours contente de retrouver ton coquinou il est superbe, toute la liberté, le monde sauvage, face a la vie que l'on voudrait faire devenir homogène heureusement que ce petit rouquin lui reste libre mais que cela doit etre difficile dans notre monde d'humains....
    Gros mimi Juju
    Béatrice
    12
    Dimanche 5 Août 2007 à 21:04
    Céliméne

    re kikou : trop beau petit protégé je pense avoir la photo ...je vais t'envoyer un mail ..* gros gros bisou de Céliméne

    11
    Dimanche 5 Août 2007 à 05:08
    Marc Vincent
    P.S. Avis aux intéressés, il y a moyen d'acheter un abri de style *tee-pee* i.e. un tente de profil amérindien de forme conique, ressemlant vaguement à un cornet de frites belge ou hollandais, tête en bas, mais curieusement très grand et comfortable à habiter, sans avoir besoin de *shit* ou autres trucs pour s'y habituer. Curieusement ces types de *home* sont un peu mystiques ou magiques, grâce à leur forme, qui centralise l'énergie au centre, et la superficie est étonnante , ...les résultats de l'essai sont généralement étonnants...
    10
    Dimanche 5 Août 2007 à 00:08
    jupi ..

    t"es tombée dans le tippi des gonzesses ....
    c'etaient les hippies....

    tu vois l'electricité mène à tout ..

    moi j'ai rencontré une sibérienne...de toute beauté

    pleins de calins
    titi
    9
    Samedi 4 Août 2007 à 23:28
    jc and Joan Césario
    quelle histoire j'suis pèté de rire
    8
    Samedi 4 Août 2007 à 19:22
    T'es un maître dans l'art de raconter...:-))
    7
    Jo
    Samedi 4 Août 2007 à 15:47

    Bonsoir Jupi,

    superbe histoire ! c'est vrai que dans le Var, il s'en passe de drôles :)))

    Je devais aller dans le tipi de Marie-Thérèse en Juillet mais je n'ai pas pu :(

    bonne soirée.

    Joël.

    6
    Samedi 4 Août 2007 à 12:33
    marithe
    une histoire super marrante racontée par toi, ça vaut le détour ..

    Apres quatre thés au citron,   qu  'est ce qui va se passer ???

    au fait t'es sur qu'il y avait  rien dans le thé ???  les années 70 c'est bien connu ..elle a petu etre mis un truc pour que tu grimpes tout seul ..que tu t'élèves dans le ciel ..non???  moi avec annette et sa mère je me méfierais........


    j'ai hâte de savoir la suite .....gros bisdoussssss   et bon week end ...

    pour ton info le tipi a des roues  maintenant...c'est la caravane !!!!

    moulon de bisoussss..
    5
    Samedi 4 Août 2007 à 08:58
    mamiekeke:OO27:


    Bonjour mon ami , nous sommes toujours en ALSACE et aujourd' hui nous faisons la route des vins. Il fait sper beau nous espérons que cela reste pour la journée entière. Gros bisous à toi que nous n' oublions pas.

    BONNE JOURNEE .

    MAMIEKEKE CRICRI D' AMOUR SABINE DIMITRI.

    P.S. ANDRE à fermé son blog , je ne peux lui écrire transmet nos meilleurs bisous et amitié. Merci
    4
    Samedi 4 Août 2007 à 08:46
    CATALANE
    Je languis d'être à demain pour connaître la suite de cette couillonade !!!!
    3
    Samedi 4 Août 2007 à 07:25
    marilou
    Bonjour Jupiter,
    Si tu croyais que t'était tout seul, tu es un peu à côté de la plaque là!!!!
    J'ai apprécié ton histoire , j'ai jamais autant rit en lisant quelque chose, c'est pas peu dire j'en ai réveillé mon chat, je t'aurais bien imaginé sur l'échelle que tout le monde enfariné t'aurait tenu, qui aurait trembloté dans tous les sens et toi qui n'arriver pas à enfiler un vis ou tout bonnement changé l'ampoule
    avec tes galéjades tu devrais écrire des pièces de théâtre
    Bonne journée
    marilou
    2
    Samedi 4 Août 2007 à 07:10
    francoise oleron
    Super cette histoire Jupi, tu me fais bien rire, et t'entendre parler (plutôt écrire) avec du provencal, c'est magnifique, contente de voir le petit renard en pleine forme, attendons la suite demain.....est ce une histoire vécue ???

    Bisous
    Françoise
    1
    Samedi 4 Août 2007 à 03:02
    Marc Vincent
    Jupiter est du tonerre, Toujours l'anecdote, la coquille ou le fait divers ...d'été, même dans le passé, qui remonte à la surface. Tiens toi bien Jupi, ici au Québec terre de naissance des tee-pee ( att. 3 à 4,000 ans d'histoire A.V.J.C.) et bien il y a des *campings*, en région, qui offrent des nuités -clé-en-main dans un tee-pee ou une *yourte* évidemment avec électricité et chauffage, les fraicheurs ici, dur-dur je vous dis. Mais ces nuitées sont d'une saveur inégalée...seulement que le prix est le même qu'à l'auberge B&B, mais pas de petit-dej. servi sur vos genoux....La rosée gratos et c'est tout , et l'odeur du feu de bois éteint de la veille... Région sauvage, voulez-vous y gouter, cher-cher pour la saveur d'épinette et les piqures des insectes inévitables...Le bonheur ne vient jamais seul...!
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :