• Histoires des Oreillettes ou Merveilles (demain la recette)

    Histoires des Oreillettes ou Merveilles*

     

    Les Bugnes ce sera pour une autre fois, hein !

     

    La recette proprement dites est pour demain , mais auparavant parlons un peu de l'histoire de ces oreillettes qui se réalisaient le Mardi Gras en Provence. Maintenant les crêpes ont pris quasiment le dessus. Un peu comme les "moules frites " qui vont peut être détrôner notre vénérable Aioli

    dsc05292rsolutiondelcran.jpg

    Source Conseil Général du Var (extrait)

    Autrefois, le 2 février, jour de la Chandeleur, les Provençales revenaient de la première messe du matin avec deux chandelles allumées et une au moins ne devait pas s'éteindre avant l'arrivée à la maison. En certains lieux, comme à Brignoles, avant d'entrer on traçait une croix de fumée sur les fenêtres et la porte, pour protéger la maison, puis on allumait le feu, avec la chandelle, le "feu nouveau" dans la cheminée, Cela ne se fait plus de nos jours. Nous avons conservé de toutes ces traditions que celles ayant trait à la gourmandise.


    En Lingo Nostro
    Autrei-fes lou 2 febrié, jour de la Candeloua, lei Prouvençalo revenien de la premiero messo dou matin emé douas candelo atubado e uno au mens duvié pas s'amoussa fin qu'a l'oustaou. L'a d'endrè, coumo à brignolo, mounte avans d'intra, fasien uno crous de fum sus leis èstro e la pouarto pèr assousta l'oustaou puei atubavon lou fue, adounc lou "fue-nou" dins la chaminèio. Aco si fa plus gaïre, Aven garda de touteis aquélei tradicien que lei souveni de mangiho. (Andriéu BERNARD)

     

    Traditionnellement les femmes se mettent à trois pour en faire de grosses quantités et pour blaguer " et elles "habillent" tous les gens du village comme pour les carroulet* bien sûr

    - Tu savais que l'antoinette elle avait eu deux* jumeaux?"

    - ça m'étonne pas vaï, elles couche avecque tout le monde, alors deux c'est un minimum

    - ouai, elle a eu que ce qu'elle méritait, et encore elle a de la chance je suis sure qu'avecque toutes les saletés qu'elle dit ils auraient pu être gibus (bossus)

    - remarque son mari il boit des citernes de pastaga, même qu'il pisse du jaune il paraît, alors pour la bagatelle , le soir il y a dégun (personne)

    - ah ! et comment tu le sais toi! tu as dû le voir de près alors, coquin dé pas diou

    _____

    Vous étiez sûr d'y passer, mais c'était comme ça "avant", juste un peu avant la Star'act

     

    Donc une, découpe la pâte avec sa belle roulette crantée et fait de belles lanières qu’elle dépose sur un torchon légèrement fariné.

    La seconde fait frire dans un grand bac à friture, des deux cotés ces Merveilles, jusqu’à l’obtention d’une belle couleur jaune-brun, puis les égoutte avec son araignée et les dépose dans le plat  plein de sucre en poudre.

    La troisième, avec une pincette prévue à cet effet, et sans les casser , sucre les deux cotés de ces Merveilles puis les pose, pour une première fois sur un torchon absorbant, puis les dresse dans une corbeille en osier tapissé d’un beau torchon blanc brodé.

    C’est Merveilles ou Oreillettes se mangent tièdes le jour même, en principe. "c'est rare qu'il en reste pour le lendemain", mais elles sont bien meilleures le jour d'après

     

    Et comme toujours les boulangers en font une spécialité qu'ils vendent chers, alors que c'est un dessert qui ne coutait quasiment rien aux agriculteurs "de ce temps là, pas si éloigné"

    _____________

    * à Marseille c'étaient et c'est toujours les fameuses Navettes de la Saint-Victor

    * carroulet : réunion de 3 ou quatre personnes ou plus ;  plus ou moins médisantes , meuh non, sur un banc ou sur de petites chaises raccourcies( c'est une histoire ces chaises, je vous la raconterais) , en principe se sont des femmes , mais il y a des carroulets d'hommes aussi, mais moins car "ils" ont le bar et la partie de carte pour se défouler , sur les "autres"
     
    * deux jumeaux : ici on ne dit pas "des" jumeaux , mais "deux" jumeaux , c'est comme ça ... 

  • Commentaires

    8
    Golovine
    Mardi 26 Août 2014 à 17:34
    Golovine

    Chez nous, à Carnaval mais aussi à la fête patronale, on confectionnait aussi des bugnes, mais on les appelait des beignets. Il y en avait de deux sortes, une assez épaisse et qui devat ressemblr au bugnes, mais aussi des super fines appelés biscuits au genou, puisque ls femmes étendaient les morceaux de pâte sur eur genou. La pate devait devenir si fini qu'on voyait à travers. Dans la bassine à friture, on ne pouvait en cuire qu'une à la fois, mais ça cuisait très très vite. Mais on faiait aussi de des pieds de chèvres ou des cuisses-dames. C'étiaz les même biscuits, mais découpés différemment et ils se cuisaient à la friture aussi. Chez nous, il y a encore beaucoup de ges qui sacrifient à ces traditions. Amitiés de Golovine en Suisse.

    7
    Magali
    Mardi 26 Août 2014 à 17:34
    Magali

    Mais quelle vérité ! et ce n'est pas si vieux !!! je revois ma grand-mère commérer comme ça en train de laver le linge au lavoir !!!! Ah, ces merveilles !!!! vivement la recette de demain !!! Merci pour tous ces souvenirs qui font tant de bien !!!!! Bonne journée à vous !!

    6
    Samedi 23 Février 2013 à 17:22
    La Cachina

    comme quoi les latins font à peut près les mêmes choses

    les hommes ne font pas ça sur les cuisses, heu, les poils c'est pas terrible, les romains , plutôt leurs esclaves faisaient les tuiles en argiles sur la cuisse, voila le pourquoi de nos tuiles

    vous avez de drôles de noms pour ces bonnes choses

    amitiés

    il neige

    5
    Samedi 23 Février 2013 à 17:08
    La Cachina

    on était interdit de lavoir, because on se prenait des seaux d'eau

    ba, il y la crèm, les cr^pes, coucous et tutti e quanti, on est plus provençal

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    4
    Samedi 23 Février 2013 à 17:04
    La Cachina

    mais tous les carroulet sont morts, c'est vrai qu'on passait à la moulinette des langues de vipères

    il faudrait que je me fasse raconter le lavoir car si on s'approchait elles nous mouillaient

    oups les photos ont disparues de  la recette

    3
    Samedi 23 Février 2013 à 16:51
    La Cachina

    nan nan, regarde dans le Reboul, tu verras, que des oeufs c'est sifisant

     

    rooooo bisous

    2
    Vendredi 22 Février 2013 à 10:09
    René

    Bonjour Jupi.

    Et au lavoir non !!!! Il devait s'en dire des vertes et des pas mûres !!! Hihi. Sacrées bonnes femmes !!!!!Hihihi.

    Avant que les moule frites remplacent l'aioli, on marchera sur le soleil pieds nus!!!

    Bises à Li et bon week-end à tous *.

    1
    Vendredi 22 Février 2013 à 09:13
    Liliane

    J'aime bien ces oreillettes mais j'avais mis de la levure dans la recette de Mémé... Tu m'as dit que les oeufs suffisaient... Va falloir que je recommence quand tu mettras ta recette... J'aimerais savoir la différence qu'il y a avec les bugnes...
    Bonne journée au Sud. RÔOOoooo bisousssSSSS.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :